J’ai testé pour vous… la Pêche au Large
Moana Voyages - Hinano
Hinano
Fenua experience

J’ai testé pour vous… la Pêche au Large

Pour profiter de mes vacances, j’ai décidé de me rendre sur l’île de Raiatea, chez mon oncle Teva et sa femme. Ce dernier est pêcheur et part chaque jour au large.

J’ai toujours voulu savoir comment se déroulait une journée de pêche. J’ai donc profité de mon séjour chez eux pour découvrir sa passion.
Il faut savoir que la pêche a toujours fait partie du quotidien des Tahitiens, rien d’étonnant donc à ce que certains en aient fait leur métier… Le poisson est en effet indispensable à la préparation de nos plats traditionnels. En Polynésie, l’océan pullule d’espèces toutes plus colorées les unes que les autres.

Vous êtes passionnés de pêche, en quête de sensation forte ou d’aventure ? Essayez la pêche au gros! Je vous emmène avec moi au large, entre les îles de Raiatea et de Bora Bora…

Pêche au Large
Pêche au Large
Pêche au Large

Préparation de la journée de pêche…

Avant de quitter la maison, mon oncle prépare son matériel de pêche : cannes, leurres, sardines, ‘ōfāfa’i (équivalant du plomb), ses nylons d’une longueur de 150m à 260m sans compter les rajouts de 20 à 100m; de la musique et surtout à boire et à manger pour tenir toute la journée.
De mon côté, je veille à ne pas oublier la crème solaire, mes lunettes et ma casquette, car sur son bateau, il n’y a pas de taud où se mettre à l’ombre.
Dès que tout est prêt, direction le quai pour les vérifications techniques du bateau. On chauffe le moteur et on charge la glacière de glace paillette. Derniers échanges avec les autres pêcheurs pour définir la zone de pêche puis on embarque. Ah non… Petit détour par la station essence pour faire le plein des bidons.
Nous nous dirigeons au Sud-Ouest de Taha’a, l’île vanille, vers la passe Paipai. Avant de sortir du lagon, mon oncle prend soin de faire une prière pour nous protéger toute la journée. C’est une pratique très courante en Polynésie, la religion est profondément ancrée dans les mœurs.
A présent, cap vers l’île de Bora Bora.

Les types de pêche

Au large il est possible de pêcher de deux façons :

  • A la traîne (pūtōtō en tahitien) : on accroche les leurres au bout des cannes à pêche qu’on met à l’eau. Puis, on navigue à une vitesse modérée en attendant qu’un poisson veuille bien mordre à l’hameçon.
A la traîne (pūtōtō en tahitien)
A la traîne (pūtōtō en tahitien)
A la traîne (pūtōtō en tahitien)
  • A la bouée (hī pōito en tahitien) : on enroule des morceaux de sardines autour du ‘ōfāfa’i à l’aide d’un nylon relié à l’hameçon. Le ‘ōfāfa’i sert à amener l’appât en profondeur, il faut donc bien ajuster l’attache pour faire en sorte que le plomb se détache une fois le nylon déroulé sur toute sa longueur. D’ailleurs, les morceaux de sardines enroulés se libèrent également pour attirer les proies. Enfin, il ne faut surtout pas oublier de mettre la bouée car c’est elle qui nous avise d’une prise. Mais pour cela, il faut également vérifier le sens du courant avant de jeter les bouées à la mer. On ne les jette pas n’importe où et n’importe comment…
A la bouée (hī pōito en tahitien)
A la bouée (hī pōito en tahitien)
A la bouée (hī pōito en tahitien)

Une journée inoubliable…

Aujourd’hui, on commence par la pêche à la bouée au large de Bora Bora, non loin d’un DCP (dispositif de concentration de poisson).
Surprise, face à la Perle du Pacifique, nous avons pu assister à un phénomène spectaculaire… Juste avant de poser les bouées, des bancs de thons se sont amusés à sauter des deux côtés du bateau avec la montagne de Bora Bora pour arrière-plan. C’était à couper le souffle ! J’avais les yeux remplis d’étoiles et le sourire aux lèvres, c’est très bon signe pour nous : il y a donc bien du poisson dans cette zone. Nous lâchons une bouée puis une deuxième, puis six. Une première bouée se tourne s’agite, on se dirige vers celle-ci et, tandis qu’on s’affaire à remonter la prise, une seconde bouée tourne sur elle-même ? Vous savez ce qu’il y a de plus palpitant? Que cette scène se produise simultanément pour les six bouées ! C’était vraiment notre jour de chance…
Pour remonter le poisson à plus de 150 m de profondeur, il faut être patient et surtout avoir de la force. C’est extrêmement fastidieux mais dans l’action et avec l’adrénaline, on oublie un peu cet aspect. C’est tellement satisfaisant de voir le poisson remonter peu à peu à la surface. Avant de remonter le thon dans le bateau, on l’assomme avec un rā’au (bois/matraque).

Après avoir remonté la dernière bouée, on pêche à la traîne en direction de Raiatea, l’île sacrée, car il se fait tard et qu’il est temps pour nous de rentrer. Malheureusement nous serons moins chanceux de ce côté-là mais avec six thons de 25 à 30 kg, on n’est pas mécontents de notre journée.

Ce fut une expérience mémorable, qui m’a notamment donné envie de m’essayer à la pêche à mon tour. Dès que j’en ai l’occasion, j’accompagne mon oncle au large.

Thon
Thon
Thon

***

Selon moi, c’est l’une des activités phares de tout séjour à Tahiti et ses îles…
N’hésitez plus et osez découvrir la destination autrement !

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Ok