J’ai testé pour vous… un vol en hydravion à Tahiti

 

  Alexandra vous raconte…

 

Un symbole clignote sur mon écran, un nouvel email dans ma messagerie. « Vous êtes invitée à un vol découverte en hydravion avec Tahiti Air Charter ». Trop heureuse d’avoir une telle occasion, je m’empresse aussitôt de confirmer ma présence. Le rendez-vous est pris, vendredi prochain, 8h du matin.

Jour-J

 

Le temps est au beau fixe ! Impatiente de tester cette nouvelle activité, j’arrive la première, 15 minutes en avance. Je peux observer au loin sur la piste, les pilotes s’affairer autour de l’avion. Vue d’ici il l’air tout petit, comparé aux gros A340 que l’on aperçoit plus loin. Le reste des passagers arrivent, et nous passons le portique de sécurité.

Après un rapide scan de nos sacs à main et un contrôle de nos pièces d’identité, nous sommes chaleureusement accueillis par un grand bonhomme. Ariitaia, un de nos commandants de bord pour ce vol.

Nous nous dirigeons alors vers l’avion qui apparaît cette fois ci un peu plus gros, sans toutefois être imposant. Aux pieds de l’avion, les couleurs vives et brillantes de la carlingue nous incitent à prendre quelques selfies. L’avion lui même me rappelle ceux qu’on voit dans les films d’explorateurs comme Indiana Jones. Philippe, notre deuxième commandant de bord apparaît et se joint à Ariitaia pour la présentation des consignes de sécurité. Enfin nous embarquons, l’excitation générale monte d’un cran. Je boucle mon harnais et m’enfonce confortablement dans le siège en cuir. Nous ne sommes que 6 à bord ce jour-là et nous profitons tous d’une superbe vue à travers nos hublots respectifs.

Décollage

 

Le décollage s’effectue en douceur et nous nous retrouvons rapidement à quelques 1000 pieds d’altitude. Le lagon se décline alors en toutes sortes de bleus : turquoise, émeraude, bleu nuit … la vue est époustouflante. Alors que nous longeons la côte ouest, j’aperçois les reflets orange du plateau des orangers dans la vallée de la Punaruu, puis un peu plus loin la passe de Paea. Alors que nous passons les grottes de Mara’a, quelques secousses se font ressentir mais nos pilotes nous rassurent en expliquant qu’il s’agit du vent qui descend de la vallée. Les paysages défilent, nous sommes rivés à nos hublots. Après quelques minutes je distingue déjà les vastes cocoteraies qui annoncent la presqu’île.

Nous survolons alors les habitations, les faapu et les voiliers ancrés à l’abris dans la baie de Phaeton lorsque les commandants de bord nous annoncent notre descente… dans ladite baie !! Les habitations se font alors de plus en plus grosses, et nous sommes quasiment auniveau des arbres. Nous nous posons sur la surface du lagon et glissons sur plusieurs mètres. Tout en douceur encore une fois, c’est comme être dans un bateau ! Quelle expérience !

Nous repartons presque aussitôt en profitant de l’élan ! La vue est au retour est tout aussi magique, au loin l’île de Moorea ne manque pas de faire son effet. Je me surprends à rêver éveillée, le regard perdu dans le bleu infini de l’océan. Cerise sur le gâteau, juste avant d’entamer notre descente vers l’aéroport de Tahiti, je remarque un banc de dauphins, sautant dans les vagues de la passe de Taapuna. Je suis aux anges, tout comme le reste des passagers ! L’atterrissage se fait sans encombre, et nous débarquons tout en échangeons nos impressions sur le vol. Une dernière photo avec l’équipage et je repars encore toute émerveillée.